Passoire thermique

Les passoires thermiques et le marché du logement locatif

Le gouvernement souhaite lutter contre les passoires thermiques ou énergétiques. Projet ambitieux, mais les conséquences semblent largement sous-évaluées ...

Le terme "passoire thermique" est utilisé pour évoquer les appartements ou les maisons très mal isolés. Il peut s'agir d'habitations dont la toiture n'est pas isolée, dont les fenêtres usées sont en simple vitrage etc…

Cela se caractérise par un DPE G, F, ou E.

A compter de 1er Janvier 2025 tous les logements dont le DPE est G ne pourront plus être proposés à la location, (2028 pour un DPE F et 2034 pour un DPE E).

En clair ce sont quasiment 5 millions de logements selon le gouvernement et quasiment 9 millions selon les professionnels (diagnostiqueurs) compte tenu des nouvelles normes du DPE, qui sont concernés, essentiellement des logements anciens, chauffés au fuel pour une bonne partie (ancienne copropriété notamment).

Les professionnels estiment le budget moyen rénover un logement à 40.000€ soit un budget global  compris entre 200 et 400 milliards pour rénover le parc total.

Le gouvernement prévoit la rénovation de 500.000 logements dont 250.000 sont occupés par des personnes à revenus modestes (notamment le vieux parc de logements sociaux).

Un budget de 2 milliards annuel serait alloué à ces travaux, ce qui représente à peine 4000€ par logement, soit 10 fois moins que l’estimation des professionnels.

Chez les propriétaires et bailleurs privés, ce sont généralement des logements mal situés, dans des secteurs peu porteurs et ayant une valeur faible. Il est fort probable que le coût de rénovation soit disportionné au regard de la valeur de ces biens et pas supportable financièrement pour les propriétaires.

Ne pouvant plus louer de tels logements, il est probable qu’entre le moment où ces logements disparaissent du marché locatif et le moment où ils soient rénovés par des repreneurs il se passe du temps. Et pendant ce temps le parc locatif va probablement se réduire avec une crise du logement à l’horizon.

Ah ces politiques on le changera jamais !!!

Ajouter un commentaire