Ehpad

La crise des EHPAD: Est-ce malsain d'investir actuellement ?

Une fois de plus les EHPAD font la une des journaux.

Nos anciens y sont maltraités selon le journaliste Victor Castanet qui a publié un livre au titre très explicite « Les Fossoyeurs ».

Mr Castanet dans son livre explique que les pensionnaires de ces établissements sont maltraités notamment en raison d’une politique de réduction des coûts drastiques et d’une mauvaise gestion du personnel.

Il est vrai que le personnel de ces établissements a attiré l’attention publique via deux grèves nationales en 2017 afin de dénoncer leur condition de travail.

Agnès Buzin, à l’époque a diligenté une inspection afin de déterminer les conditions de travail dans ces établissements et de soins.

Ce rapport a fait ressortir que ces établissements ne sont pas de simples « maisons de retraite » mais bel et bien des Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes, avec notamment une forte proportion atteinte de maladie d’Alzheimer ou autre nécessitant une attention particulière des patients.

Ce rapport a fait ressortir que ces établissements employaient 3 personnes pour 10 patients alors qu’il en faudrait le double !

Résultat : une prise en charge dégradée, un taux d'accident du travail de 9,4 % (plus élevé que dans le bâtiment), un taux d'absentéisme élevé (10 %) et une incapacité à recruter sur ces métiers précaires, mal payés et aux conditions de travail difficiles.

De plus la crise du COVID n’a pas arrangé la situation  avec des taux de mortalité élevée, du personnel infectée par la maladie donc en arrêt de travail et l’impossibilité de recruter …

Cette situation est d’autant plus dramatique que le nombre d’anciens qui deviennent dépendants sont de plus en plus importants et souvent la seule solution pour les familles demeure ce type d’établissements.

Selon les statistiques en 2060 le nombre de personnes dépendantes devraient dépasser les 5 millions (1.4 millions aujourd’hui).

On estimait en 2019 le coût de la dépendance à 30 milliards d’euros, dont 80% pris en charge par dépense publique. Le reste à charge des familles étant encore souvent trop élevé pour les patients et leur famille.

Nous sommes bel et bien devant un enjeu sociétal important dont il faudra régler la problématique.

Conclusion                                                                                                                                            

Je suis très souvent agressé sur les réseaux sociaux lorsque je communique sur l’investissement de chambres en EHPAD. Ce que je peux comprendre lorsque l’on n’est pas directement touché par des parents qui nécessitent ce genre d’établissements. Mais malheureusement lorsque l’on ne peut plus garder nos ainés à la maison, c’est la seule solution qui reste. Et dans ce cas on appréciera de trouver une place dans un tel établissement. Et indirectement d’avoir un investisseur qui ait osé y placer son argent !

Ajouter un commentaire